Le chateau de Lormoy  

Cardiologie

spacer

> Le fonctionnement électrique du coeur

Afin d’assurer une contraction simultanée des cellules myocardiques pour pouvoir chasser le sang hors des cavités, il existe une commande unique qui déclenche de façon périodique la stimulation, et des voies de conduction qui transmettent cette stimulation aux différentes cellules myocardiques dans un ordre logique : contraction des oreillettes puis des ventricules.
 
Cette fonction est assurée par le tissu nodal.
Ces cellules ont pour caractéristique principale le fait d'avoir un potentiel de membrane instable qui, lorsqu'il atteint une certaine valeur déclenche un potentiel d'action.
 
Ce potentiel d'action se transmet d'une cellule aux cellules voisines : c'est la conduction. Cette excitation se propage de proche en proche dans les voies de conduction du tissu nodal. Cependant, dans des conditions normales, la période réfractaire qui fait qu'une cellule qui vient d'être excitée est insensible à toute stimulation pendant un certain temps empêche ce potentiel de revenir en arrière.

Ces cellules sont dites automatiques.
La fréquence de déclenchement des potentiels d'action est variable selon les cellules de 70 à 20/min. Lorsque différentes cellules avec des fréquences différentes sont ensemble, elles se règlent toutes sur les cellules dont la fréquence est la plus élevée.

Ces cellules sont présentes  :

  • Dans le nœud sinusal ou de Keith et Flack situé à proximité de l'abouchement de la veine cave supérieure dans l'oreillette droite.
    Ces cellules sont celles qui ont la fréquence de décharge la plus rapide et ce sont donc elles qui imposent dans des conditions physiologiques leur rythme au cœur. Elles reçoivent une importante innervation sympathique et parasympathique dont l'équilibre règle la fréquence cardiaque.


  • Dans les voies de conduction auriculaires où les potentiels d'action se propagent de proche en proche, assurent la contraction des oreillettes et gagnent :
    Le nœud auriculo-ventriculaire (N.A.V.) ou d’Achoff-Tawara, situé à la limite entre les oreillettes et les ventricules dans le septum interventriculaire.
    C'est le lieu de passage obligé du potentiel d'action entre oreillettes et ventricules.



Le rôle du N.A.V. est de filtrer les impulsions électriques qui lui parviennent, de les éliminer en partie, de les coordonner et d'en faire un influx électrique homogène transmis au faisceau de His, localisé dans la partie haute du septum interventriculaire.
Il se divise rapidement en une branche droite  et une branche gauche elle même rapidement subdivisée en une hémibranche antérieure et une autre postérieure.

Ces branches se ramifient pour former:

  • Le réseau de Purkinje dont les ramifications vont au contact du myocarde ventriculaire auxquelles elles transmettent l'influx.


Ainsi :

  • D'un point de départ unique l'influx se propage de proche en proche de façon régulière du nœud sinusal jusqu'à l'ensemble des fibres myocardiques d'une façon harmonieuse.


  • La période réfractaire empêche l'influx dans des conditions normales de se propager de façon rétrograde. (Mais cependant, une conduction rétrograde peut s'observer soit à cause d'une voie de conduction entre oreillettes et ventricules soit à cause d'une population altérée de fibres du tissu nodal présentant des vitesses de conduction et des périodes réfractaires différentes.)


  • Le nœud auriculo-ventriculaire joue un rôle important en cas de trouble du rythme auriculaire pour éviter de laisser passer une trop grande fréquence à l'étage ventriculaire.


  • En cas d'interruption de la conduction, par exemple au niveau auriculo-ventriculaire, les cellules nodales sous-jacentes qui sont elles aussi douées des propriétés d'automatisme prendront le relais et imposeront aux ventricules leur rythme que l'on appellera rythme d'échappement.


  • En cas d'interruption de la conduction dans une branche du faisceau de His, le ventricule concerné se contractera avec retard par rapport à l'autre: ce sera un bloc de branche.


 


Le système de conduction électrique du cœur

 

Dernière mise à jour le 31/07/2006

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices