Cardiologie

spacer

> Stress oxydatif et maladies cardiovasculaires

L’implication du stress oxydatif dans les maladies cardiovasculaires est largement documentée dans la littérature scientifique.

Si le rôle central des LDL oxydés (et non du LDL…), dans la genèse de la plaque d’athérome est bien connu, une brief review de l ‘American Heart Association (2005) publiée en 2006 dans « Arterioscler Thromb Vasc Biol. », décrit l’ensemble des implications du stress oxydatif dans les pathologies cardiovasculaires et insiste sur le rôle délétère du stress oxydatif sur l’instabilité de la plaque.

Dans un article publié dans « Free Radical Biology and Medicine », concluant à la corrélation entre stress oxydatif et risque coronarien, les auteurs concluent :

 

-« there is a growing consensus within the oxidation field that one should first identify individuals with increased systemic indices of oxidant stress before the appropriate antioxydant interventions may be evaluated... »

 

Une autre publication récente (American Heart 2008), parue dans « Circulation Research » et dont le titre est très évocateur : « Reactive Oxygen Species, Finding the Right Balance »  fait le point sur l’impact du stress oxydatif sur les troubles endothéliaux et le risque cardiovasculaire.

Cependant, les preuves cliniques de l’intérêt des antioxydants dans la prise en charge des maladies cardiovasculaires manquent ou sont, lorsqu’elles existent, discordantes.

Depuis peu, une meilleure convergence entre les acquis fondamentaux et les protocoles proposés, font sortir les études notamment d’intervention d’un certain empirisme, et promet de meilleurs résultats.

Ainsi, dans « Cardiology 2008 », les auteurs d’une étude rétrospective sur 800 patients démontrent l’efficacité du traitement précoce vitamine C+E, sur la réduction du taux de mortalité au décours d’un infarctus du myocarde chez les patients diabétiques.

Et surtout, dans une étude publiée également en 2008 dans « Free Radical Biology and Medicine », les auteurs démontrent que l’efficacité des supplémentations en vitamines C et E, dépend de leurs niveaux plasmatiques.

Aux USA, de nombreux centres intègrent systématiquement dans leurs bilans d’investigation du risque cardiovasculaire des biomarqueurs du stress oxydatif.

S’il est possible aujourd’hui d’objectiver de façon sérieuse et fiable l’état de stress oxydatif de tout patient présentant un risque ou une pathologie cardiovasculaire, la question est de savoir si le faisceau d’arguments, conséquent et réel à ce jour, est suffisant pour que la correction de ces états de stress oxydatif puisse faire partie de la prise en charge de ces patients.

Cela impose des bilans biologiques du stress oxydatif sérieux, la correction d’un état dument diagnostiqué de stress oxydatif ne pouvant en aucun cas se confondre avec une supplémentation antioxydante aveugle.

Pour en apprendre plus sur le stress oxydatif et les bilans de stress oxydant visitez stress-oxydatif.com

Dernière mise à jour le 28/09/07

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices